29/07/2008

Mes joies et mes peines

Mémère n'a pas encore pris le temps de se présenter... Pas bien, oui, d'accord, mais elle va réparer ce petit oubli.

Si mémère n'a pas eu une enfance difficile, on ne peut pas dire que la vie a été tout à fait rose non plus. Elle se souvient des courses où sa maman se promenait dans les rayons avec sa calculatrice pour ne pas dépasser le peu d'argent disponible.

Bah, mémère a vite appris à travailler pour gagner de l'argent. Et même si, parfois, les horaires étaient contraignants ou farfelus, mémère s'amusait toujours beaucoup. Elle en a fait des choses comme job d'étudiant : écureuse (femme d'ouvrage quoi!), caissière dans une grande surface (mais une seule fois, car ça ne payait pas bien), monitrice de plaines de jeux, mandaï attitré pour des travaux de rénovations, femme à tout faire pour une société de location de voiture (du marketing à la pose de plaque sur des voitures, en passant pas la prise et reprise de véhicules chez les clients...) et aussi chauffeurs VIP pour FN (nan, pas le parti politique, mais la salle de concert). Ahhh, ce dernier job, elle l'a adoré, mémère... Voui, elle a pu voir des dizaines de concerts gratos. C'est-y pas beau la vie?

Mémère a fait des études supérieurs de type long, mais non universitaire, en kot. Grande période de sa vie ça... Au compteur "joie", on trouve le fait de vivre seule (sans papa et maman... aaahhhhh). Et au compteur "peine", on trouve le fait de vivre loin de son chéri (le papa de maintenant... et oui, c'est une longue histoire eux deux).

Mémère a raté un an pendant ses études à cause d'un bête mais sérieux accident de voiture... Elle se souvient encore de la tête du chauffeur de car qui lui coupe la priorité : "ah, ben j'ai cru que vous alliez vous arrêter, j'ai un bus, moi"... mais mémère n'avait pas vu le bus tellement il roulait vite (ça a été prouvé). Enfin bref, les études, elle les finit avec beaucoup de satisfaction parce qu'elle n'était pas dans son créneau !

Après un peu de recherche pour un job, mémère rentre dans une pme. Aah chouette, un boulot ! Euh, oui, mais une pme où le patron couche avec la patronne (ben oui, c'est sa femme), où le patron décide de vos jours de congés, où le patron vous fait travailler dans un container (qui a contenu auparavant du poisson) en plein hiver, sans chauffage... ce n'est pas un job très gai et pour finir, mémère y allait en pleurant, au boulot !

Heureusement, le chéri était là pour lui remonter le moral. Encore un point au compteur "joie" ;-)

Mais ce sacré compteur "peine" n'est pas en reste et décide de se manifester. Le petit frère de mémère (petit con) décide de se suicider. Allez, zou, une balle dans la tête, comme ça, sans expliquer le pourquoi du comment. Même des années après, ça laisse des cicatrices...

Mémère change enfin de boulot et intègre une grosse multinationale... Aaah quel bonheur d'être anonyme dans la foule, de pouvoir prendre ses congés quand bon lui semble, de profiter d'un horaire flottant, et de gagner plus !!!

Hop un point de plus au compteur "joie"

Et rehop, un point de plus au compteur "peine" : mémère et chéri se séparent sur les pressions de certains membres de la famille de chéri. Pas facile à vivre parce que, pour mémère, chéri, c'est l'homme de sa vie. C'est comme ça et pas autrement. Ca ne se discute pas.

Deux ou trois ans se passent, mémère vit entre deux eaux, mais n'est pas tout à fait heureuse.

Et puis, même s'ils sont séparés, mémère et chéri se voient toujours un peu. Et un jour, pas vraiment programmé, mémère apprend qu'elle est enceinte. Là, le compteur "joie" explose !!!

Même si le stress de devenir mère est là, c'est un pur bonheur.

Mémère et futur papa se rabibochent et vivent ensemble. Le jour où ils doivent signer les actes pour l'achat de leur maison (ils en ont pris pour 20 ans de travaux forcés avec celle-là...), p'tit ange décide de pointer le bout de son nez. Ca a bien fait rire le notaire !!!

Cette petite puce de 4kg et 52cm est née après 36h de travail (sans péridurale, svp) et ... une césarienne ! Oui, c'est ainsi ! P'tit ange avait le cordon autour du coup et ne voulait pas avancer malgré les contractions.

Ahhh, parlons-en de ces contractions... Les infirmières et des tas d'autres personnes ont dit à mémère : "tu verras, les contractions, c'est très douloureux, mais une fois que ton enfant sera là, tu les oublieras..."

Et non, mémère n'a jamais oublié. Jamais, jamais, jamais !

Un an et demi après, mémère et papa ont recommencé et p'tit loup s'est annoncé. Cette fois-ci, ouf, mémère n'a pas dû supporter les contractions ;-) puisque c'était une césarienne programmée. Voyons le côté pratique de la chose : on choisit la date et l'heure, on a tout le loisir de préparer sa valise et d'arriver zen à l'hôpital ;-)

Petit retour en arrière : pour p'tit ange, mémère n'avait rien prévu malgré les bons conseils de ses amies... puisqu'elle avait encore deux grosses semaines avant la date prévue. Du coup, elle s'est retrouvée à l'hôpital sans valise. Heureusement, les grands-mères ont assuré sur ce coup-là !

Depuis, il y a encore eu un point au compteur "peine" : le divorce des parents de mémère.

Et on peut aussi ajouter des centièmes de points à ce compteur "peine" : mauvaise relation avec belle famille, mauvaise santé de p'tits loups (une semaine d'hospitalisation alors qu'il n'avait que 6 semaines, c'est pas de la tarte...; une opération à 18 mois, c'est pas de la tarte non plus... ohhh zut, mémère arrête de parler de tarte, elle est au régime).

Voilà, voilà, vous savez tout ou presque de la vie de mémère... Une vie banale, en somme, comme des tas d'autres personnes.

Bon après-midi.

Ouh làààà, mémère n'avait pas vu la longueur de son texte avant la prévisualisation... Sorry tout plein !

 

15:11 Écrit par Petit cassis dans Vie de tous les jours | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

merci ! de ton commentaire chez moi! jolies photos que tu fais là :-)

Écrit par : annick | 29/07/2008

j'aime bcp la façon dont tu écris... ;-)

Écrit par : sandrine | 29/07/2008

Les commentaires sont fermés.