21/08/2008

Devenir mère

Dans la vie, il y a des choses qui ne se commandent pas, il y a des choses qui ne se préparent pas, ... mais qui surviennent comme ça et il faut les apprivoiser.

Devenir mère fait partie de ces moments de la vie qui nous prennent par surprise.

La première grossesse de mémère s'est déroulée sans aucun problème : pas une nausée, pas malaise, pas de fatigue, pas un problème, rien ! Une grossesse de rêve, quoi.

Jusqu'à 7 mois, le bébé refusait de nous montrer s'il était une fille ou un garçon... à la grande joie de ses parents et au grand désarroi de ses grands-parents.

Mémère a beaucoup lu, s'est posé beaucoup de questions sur l'éducation, les valeurs à transmettre à son enfant, ... mais ce n'était pas "frénétique" car elle avait le sentiment tout au fond d'elle-même qu'elle saurait ce qu'il fallait faire le moment venu.

Mémère n'a jamais eu une grande confiance en elle. Elle doute beaucoup et pour un peu tout, mais pour cet enfant, elle a toujours su que tout se passerai bien et elle s'est fait confiance.

Enfin, presque...

Mémère avait pris la semaine de congé pré-natale car elle désirait garder son repos de maternité pour après l'accouchement.

La deuxième nuit de ses congés, mémère s'est réveillée en pleine nuit avec une sensation bizarre. rien de particulier, juste un sentiment que quelque chose se passait. Elle a dormi dans le salon pour ne pas réveiller papa.

Elle s'est encore réveillée quelque fois, pendant le reste de la nuit, avec le besoin d'aller aux toilettes.

Naïve comme tout, mémère a finalement pris une douche le matin, pensant que ces petites "fuites" étaient juste dues à la pression du bébé sur la vessie...

Mais comme c'était un peu stressant tout de même, mémère a téléphoné à la clinique. On ne sait jamais...

"Bonjour Madame, oui ... non, à mon avis, ce n'est rien. Passer nous voir, si vous êtes vraiment inquiète, mais on vous renverra certainement à la maison"

Mémère part donc jusque la clinique, sans prendre plus que son petit sac à main.

Arrivée là-bas, on l'installe dans une chambre, qu'elle a pu choisir. Aaah quel bonheur de prendre la meilleure chambre du couloir ! Petite visite de l'infirmière accoucheuse... et verdict...

"Ah, on vous garde ! La poche des eaux est fissurée et les risques microbiens sont trop grands pour le bébé. Installez-vous bien...  Je reviens dans une heure.

Gloups... Aïe... merde... mais rien n'est prêt ... ni la chambre du bébé, ni ses vêtements, ni mes vêtements, rien de rien. Mémère pensait avoir une semaine pour s'occuper de tout cela... Et ses copines qui lui avait de préparer sa valise à partir de 7 mois de grossesse. Elles vont bien se marrer !

Début d'après-midi, toujours pas de contractions. Allez, on va mettre la perf' pour accélérer tout cela.

Ah oui, fin d'après-midi les premières contractions se font sentir. Euh, c'est quand la péridurale ? (mémère vous a pas dit qu'elle était douillette ?)

Pas de péridurale avant que le col ne soit suffisamment ouvert. Et le problème, c'est qu'il ne s'ouvre pas ce foutu col. 

Les heures passent, les contractions sont de plus en plus douloureuses... Les infirmières changent et, pas de chance, pour la nuit, c'est une vieille fille un peu acariâtre, vous voyez le genre ?

Mémère se plaint des douleurs qui durent depuis plus de 12 heures maintenant.

Réponse de cette chère infirmière : "ce n'est rien, enfin. Arrêtez de vous plaindre, vous êtes une douillette".

On voit que ce n'est pas elle qui a des contactions à 11 sur une échelle de 1 à 10, toutes les 20 secondes...

A 3h du mat', enfin, la gyneco appelle l'anesthésiste pour la péridurale. Géniale, cette gynéco qui revient en pleine nuit un week end. Je ne la remercierai jamais assez. Au moins une qui m'a comprise...

En 15 minutes, les douleurs disparaissent et mémère s'endort un peu, dans un sommeil entrecoupé des visites de cette chère infirmière...

A 6h du mat', enfin arrivent les infirmières suivantes...

"Hé, salut, c'est encore vous ? vous n'avez pas encore accouché ?"

Ben non, presque 24h après mon arrivée, je n'ai toujours pas accouché. Mais mémère est contente de revoir cette gentille infirmière ;-)

A 7h30, les contactions sont de nouveau là et mémère hurle pour revoir l'anesthésiste... qui arrive dans les 5 minutes, chrono en main.

Ouffff...  Mais le col ne s'ouvre pas, rien n'avance, malgré les contractions...

A 8h30, le monitoring s'emballe, enfin, plutôt non : le coeur du bébé ralentit. Rien de grave, mais c'est pris au sérieux.

Avis de la gynéco, de l'anesthésiste, de la pédiatre, des infirmières...

La péridurale devient rachi-anesthésie et voici mémère embarquée en direction de la salle d'op'.  Tout va alors très vite. Incisions, tubes, ... la tête tourne...

Et à 9h15, petit ange naît par césarienne. Elle avait le cordon autour du cou et commençait à s'étrangler. Et puis c'est un gros bébé de presque 4kg... C'était la bonne décision.

Des larmes coulent sur les joues de mémère... Son petit ange est enfin là. On lui enlève déjà... mais c'est pour la retrouver quelques minutes plus tard.

Les infirmières sont là, très disponibles (c'est la seule naissance du week end) et très maternelles. La mise au sein se passe bien et mémère et petit ange s'apprivoisent au fil des heures.

C'est ça devenir une mère. C'est le bonheur de savoir que ce tout petit bébé dépend de vous, que c'est vous qui le nourissez, c'est la responsabilité de le faire devenir une bonne personne. C'est aussi perdre son ventre rond et déjà faire le deuil d'une première séparation, la première d'une longue série !

Pour tout l'or du monde, mémère ne reviendrait en arrière. Un enfant, c'est la réussite de soi...

18:23 Écrit par Petit cassis dans Famille | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

joli texte....c'est si beau

Écrit par : sandrine | 21/08/2008

c'est vrai que devenir maman est quelque chose de magique , ça ne s'oublie pas , ça reste un moment d'émotion très fort . Pouvoir enfin serrer son petit bout dans ses bras après l'avoir porté 9 mois durant .

Écrit par : valérie | 23/08/2008

Les commentaires sont fermés.