06/09/2008

Dons d'organes

Le don d'organes est un acte important et il est important de prendre le temps d'y réfléchir avant car le moment venu, la douleur de perdre un être cher sera certainement un frein ...

Le frère de mémère est décédé, à l'âge de 20 ans, tout juste 20 ans. Il s'est scuicidé, d'une balle dans la tête. Il était en bonne santé, un grand sportif.

Il n'est pas mort de suite, mais son cerveau était "grillé" et les médecins nous ont rapidement dit qu'il ne s'en sortirait pas. S'est alors posé la question du don d'organes. Nous avions environ 1/2 heure pour décider de ce que nous décidions...

Dans une telle situation, les parents ne sont plus capables de réfléchir car la douleur les aveugle, les rend tellement vulnérables ! Mémère était comme dans un état second, mais pas dans le coton, non, mais au contraire dans un grand état de conscience.

Même si, légalement, le don d'organes est "automatique", les médecins demandent toujours l'autorisation des proches avant de faire un prélèvement. La famille peut donc s'opposer au don totalement ou en partie - ne pas lui prendre tel ou tel organe (en général, les yeux).

Mémère et ses parents ont donc discuté et mémère a convaincu ses parents que le don d'organes était la meilleure chose à faire.

Ensuite tout s'est enchaîné : le transfert en hélico vers un hôpital universitaire, l'opération, le transfert des organes vers les receveurs, le retour en ambulance vers l'hôpital initial et enfin la prise en charge du corps par les pompes funèbres. Moins de 12 heures...

Le don est anonyme et mémère et ses parents ne sauront jamais qui a reçu un rein, qui a reçu le coeur, qui a reçu... Mais l'équipe médicale est compréhensive et 15 jours après le décès, mémère et ses parents ont reçu une carte d'un des receveurs (celui du coeur), remerciant la famille du donneur de lui avoir permis de survivre et comprenant notre douleur. Mémère et ses parents ont également su que les autres receveurs allaient bien et qu'ils remerciaient la famille du donneur.

Pour mémère, c'est une partie de son frère qui survit... C'est tellement important de pouvoir "aider" son prochain, de pouvoir contribuer à la survie d'une personne qui, sans un accident, mourrait, elle-aussi.

La question du don d'organes ne se pose plus lorsque le "donneur" a rempli une déclaration de don d'organes dans sa commune. Personne ne peut faire opposition à son choix. Alors, ne remettez pas cette simple formalité à demain...

18:40 Écrit par Petit cassis dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

coucou super ce geste! Merveilleux d'y penser dans ces moments douloureux.

Bon w-end petit cassis, bizzz, à bientôt

Écrit par : v@llou | 06/09/2008

pas évident de bien réagir comme tu l'as fait . C'est pourquoi je suis allée à la commune faire ma déclaration .

Écrit par : Valérie | 08/09/2008

Les commentaires sont fermés.